PubGazetteHaiti202005

Le Kenya fait appel à des pasteurs évangéliques pour guider la mission multinationale en Haïti

Président Williams Ruto

Dans les mois précédant le déploiement des policiers kenyans en Haïti, le président William Ruto a consulté des conseillers politiques, des responsables de la sécurité et des dirigeants étrangers au sujet de cette mission anti-gang de haut niveau. Il s'est également tourné vers des conseillers moins conventionnels : un cercle de pasteurs évangéliques chrétiens proches de lui et de son épouse, selon un article de reuters publié ce mercredi 5 juin 2024.

Les pasteurs ont émis des recommandations à Ruto et ont servi de relais entre les communautés haïtiennes et le président, selon des entretiens avec deux des pasteurs et trois dirigeants évangéliques haïtiens et américains.

Les porte-parole du président Ruto et de son épouse, Rachel, n'ont pas répondu aux demandes de commentaires pour cet article.

Les efforts des pasteurs avant le déploiement, prévu pour plus tard ce mois-ci, ont inclus des rencontres avec des Haïtiens aux États-Unis, ainsi qu'avec des homologues évangéliques, des responsables gouvernementaux américains et même le chef de gang haïtien le plus notoire, Jimmy "Barbecue" Cherizier. 


"Nous croyons que nous sommes un outil que Dieu utilisera pour aider", a déclaré Serge Musasilwa, un pasteur évangélique kényan impliqué dans l'initiative. Sociologue de formation, Musasilwa a travaillé sur la résolution des conflits dans son pays natal, la République Démocratique du Congo, et dans plusieurs autres pays africains.

Les personnes impliquées dans l'initiative disent que les relations nouées avec les communautés haïtiennes aideront la force multinationale dirigée par le Kenya à éviter les erreurs des interventions étrangères en Haïti au cours des dernières décennies. Outre l'échec à stabiliser Haïti, ces missions ont laissé derrière elles des héritages d'abus des droits de l'homme et de maladies, notamment une épidémie de choléra attribuée à des casques bleus népalais en 2010.

Un panel nommé par l'ONU a conclu qu'un camp de casques bleus était probablement la source de l'épidémie de choléra, qui a tué environ 10 000 Haïtiens. 

L'ONU n'a pas accepté de responsabilité légale. "Plus vous êtes connecté à la population, plus vous pouvez formater le type d'intervention que vous allez mener", a déclaré Daniel Jean-Louis, président de la Mission Baptiste d'Haïti, qui a travaillé avec les pasteurs kényans. "C'est l'une des raisons pour lesquelles toutes les missions précédentes ont échoué."

L'ONU a déclaré avoir laissé le pays relativement stable lorsque sa mission de maintien de la paix de 13 ans s'est retirée d'Haïti en 2017. Un porte-parole de la mission de maintien de la paix de l'ONU a déclaré que la mission avait travaillé en étroite collaboration avec la société civile et les organisations communautaires pour réduire la violence et améliorer la gouvernance municipale.

Tout le monde n'est pas convaincu par la stratégie des pasteurs kenyans. Les évangéliques eux-mêmes ont une histoire complexe en Haïti, où ils ont investi des ressources dans des projets humanitaires mais ont également fait face à des critiques pour des scandales éthiques, y compris des accusations de trafic d'enfants par certains missionnaires après le tremblement de terre dévastateur de 2010, et pour avoir prêché l'intolérance des pratiques spirituelles locales. 

Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains en Haïti, a déclaré que le Kenya devrait s'en tenir à son mandat de sécurité, qualifiant l'ouverture aux chefs de gang d'insulte envers leurs victimes. "Ce n'est pas une question de l'évangile ou de prier avec des gangs qui résoudra les problèmes", a-t-il déclaré à Reuters.

Ruto et son épouse affichent publiquement leur foi. Ils ont impliqué des dirigeants évangéliques dans les affaires de l'État, notamment par le biais du programme de "diplomatie de la foi" de la Première Dame, qui recrute des leaders religieux pour soutenir des initiatives sociales. Lors d'une rencontre en mars avec des pasteurs évangéliques à l'hôtel Weston de Nairobi, Rachel Ruto a assisté à un autre événement dans le même bâtiment et a expliqué que le groupe travaillait sur une "solution spirituelle" pour Haïti. 

"Nous ne pouvons pas permettre à nos policiers d'aller en Haïti sans prière", a-t-elle dit, selon une vidéo du journal kenyan The Star.

L'implication étroite des pasteurs dans la politique haïtienne fournit un aperçu de l'engagement du président Ruto envers la mission, qui est resté inébranlable malgré les retards répétés et l'opposition vocale de nombreux Kényans éminents. Les évangéliques s'intéressent depuis longtemps à Haïti en raison de l'ampleur de sa crise humanitaire et des préoccupations concernant les croyances traditionnelles vaudou que certains considèrent comme sataniques. Haïti est le pays le moins développé de l'hémisphère occidental, selon l'ONU, et fait face à une violence des gangs en augmentation qui a tué plus de 1 500 personnes au cours des trois premiers mois de cette année.

"Je pense qu'avant tout, c'est une expression de leur foi", a déclaré Pete Inman, un homme d'affaires américain et évangélique proche des Ruto. Il a ajouté qu'il y avait également une motivation stratégique pour la mission car elle renforçait les liens avec les États-Unis, principal bailleur de fonds de la mission. 

Dans ses remarques publiques, le président a cité une responsabilité morale envers la population d'origine africaine d'Haïti.

Inman a déclaré avoir mis en contact Musasilwa avec Fred Eppright, qui dirige la branche américaine de la Mission Baptiste d'Haïti, après l'annonce de la mission par Ruto. Musasilwa a rendu visite à Eppright à Austin, au Texas, à la fin de l'année dernière, puis l'a invité, lui et plusieurs de ses collègues, en mars à Nairobi, ont dit les deux hommes. 

Là, pendant quatre jours à l'hôtel Weston, Jean-Louis, Eppright et deux autres évangéliques américains ont prié et élaboré des stratégies avec quatre pasteurs kenyans avant d'être rejoints le dernier jour par Rachel Ruto.

 "Ce fut une plongée en profondeur de quatre jours sur la manière dont ils allaient s'impliquer", a déclaré Eppright. Le groupe a rédigé un document que Rachel Ruto a présenté à son mari quelques jours plus tard, a-t-il dit. Jean-Louis a déclaré que les propositions portaient sur quatre sujets : l'ordre public, la situation humanitaire, le leadership politique et un volet spirituel.

Le mois suivant, Rachel Ruto et trois des pasteurs se sont rendus à Austin et à Miami, où ils ont rencontré des évangéliques, des membres de la diaspora haïtienne et des responsables de la police. Les membres de la diaspora haïtienne ont formulé des propositions à transmettre au président Ruto, couvrant tout, de l'autorité légale de la mission à sa durée, a déclaré Jean-Louis. Reuters n'a pas pu déterminer si leurs recommandations avaient été transmises au président.

Pendant leur séjour aux États-Unis, les pasteurs kenyans ont tenu une vidéoconférence avec des chefs de gangs haïtiens, dont Barbecue, un ancien officier de police qui dit diriger une alliance des principaux gangs appelée "Viv Ansanm". Musasilwa a mené la conversation. 

Il a refusé de donner des détails, mais cela lui a donné l'espoir que le conflit pourrait être résolu pacifiquement, a-t-il dit. "Ce type peut être un diable, mais il y a quelque chose sur lequel nous pouvons nous appuyer", a ajouté Musasilwa. Reuters n'a pas pu joindre Barbecue pour commenter.

Musasilwa a également rencontré des responsables du département d'État américain. Le département d'État a refusé de commenter. Malgré leur concentration sur les aspects pratiques du déploiement, Musasilwa et un autre pasteur, Julius Suubi, ont déclaré être convaincus que les problèmes d'Haïti étaient principalement spirituels. Selon les chiffres du gouvernement, environ 2% des Haïtiens se déclarent adeptes du vaudou, qui combine une croyance en un dieu unique avec le culte des esprits. 

Beaucoup plus de personnes pratiquent les traditions vaudou aux côtés d'autres religions, a déclaré Kyrah Malika Daniels, professeure adjointe d'études afro-américaines à l'université Emory d'Atlanta.

En mars, les pasteurs kenyans ont lancé une campagne mondiale de prière pour Haïti et rédigé un guide de prière de 134 pages pour 40 jours. Plusieurs des prières de ces jours se concentrent spécifiquement sur le vaudou, qu'ils ont appelé par une orthographe alternative. 

"Nous Te demandons, Père, de détruire complètement toute malédiction vaudou de mort que nous avons", stipule l'une d'elles.

 

Avec Reuters

Category

Politique

Culture

Economie

Post on Jul 08, 2024
La Citibank mettra fin à ses opérations en Haïti en raison d’une demande faible de la part des clients institutionnels et d’une baisse de l’activité bancaire internationale, mettant ain

Sport