PubGazetteHaiti202005

Pierre Espérance: « En plaidant coupable pour blanchiment d'argent, Guy Philippe perd ses droits civils et politiques »

Guy Phyllipe

 

 

Guy Phillipe ne pourra participer à aucune élection en Haïti, selon les déclarations de Pierre Espérance. Intervenant via téléphone le jeudi 7 septembre 2023 à l’émission Le Rendez-vous avec Volcy Assad, le Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) dit avoir pris acte de la libération de l’ex sénateur élu de la Grand’Anse. Il croit que l’ex commissaire de police « doit être mis sous les verrous au cas où il viendrait semer la pagaille dans le pays au lieu de demander pardon à la population haïtienne ».

Annoncé depuis la semaine dernière, c’est désormais acté, l’ancien chef rebelle Guy Philippe a été libéré de prison aux États-Unis jeudi. Ses partisans se préparent à l’accueillir en Haïti, si on se réfère à leur mobilisation sur les réseaux sociaux. L’ancien sénateur élu lui-même avait affirmé qu’il viendrait continuer sa vie politique en Haïti.

Il s’apprêtait à prêter serment comme sénateur lorsque son passé trouble l’a rattrapé. Il a été arrêté le 5 janvier 2017 par des membres de l’unité antidrogue de la Police d'Haïti, la fameuse Brigade de lutte contre les stupéfiants (BLTS), en vertu d’un mandat d’arrêt international qui avait été décerné contre lui depuis des années « pour son implication dans le trafic des stupéfiants ». 

Depuis 2005, l’ancien militaire, ancien commissaire de police et leader de la rébellion armée qui a conduit à la chute de Jean-Bertrand Aristide, était recherché par l’agence antidrogue américaine (DEA).

En prison, le Sénateur élu a plaidé coupable des faits de blanchiment d’argent et de trafic d’armes qui lui ont été reprochés. 

Selon le Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits Humains Pierre Espérance, en plaidant coupable, Guy Philippe a pratiquement perdu ses droits civils et politiques.

« Guy Philippe a été arrêté puis jugé aux Etats-Unis. Il a plaidé coupable et a été condamné de passer 6 ans de prison. En raison de cette condamnation, il a perdu ses droits civils et politiques », a déclaré le militant des droits humains Pierre Espérance.


En perdant ses droits civils et politiques, selon Pierre Espérance, Guy Philippe ne pourra participer à aucune élection dans le pays. « Il peut voter pour un candidat mais il ne pourra pas occuper un poste politique », soutient le militant qui qualifie « d’audace » les déclarations faites par l’ancien officier de l’armée, indiquant qu’il compte retourner à ses activités politiques.

Toutefois, de l’avis de Pierre Espérance, Haïti ne peut en aucun cas condamner une nouvelle fois le chef rebelle Guy Philippe pour les faits qui lui ont été reprochés aux Etats-Unis étant donné qu’il a déjà purgé sa peine.

Guy Philippe et l’Etat haïtien


Dans ses déclarations, Guy Philippe a sciemment mentionné que l’Etat haïtien lui doit de l’argent pour avoir été élu Sénateur de la Grand’Anse. Selon Pierre Espérance, l’Etat ne doit rien à ce dernier mais c’est plutôt au concerné de présenter des excuses à la population haïtienne. « Il doit des excuses à la population de la Grand’Anse pour l’avoir trompée », croit Espérance, arguant que l’ancien rebelle avait reconnu les faits de blanchiment d’argent par devant la justice américaine en plaidant coupable.


Libéré par la justice d’Atlanta dans l’État de Georgia aux USA, Guy Philippe n'est toujours pas libre de ses mouvements. Selon les dernières informations relayées par VOA Kreyòl, l’ex haut gradé de la Police Nationale d’Haïti se trouve entre les mains de la police migratoire aux États-Unis. Il doit attendre les documents nécessaires avant d’être transféré en Haïti.

 

 

 

Par: Daniel Zéphyr

Category

Politique

Culture

Economie

Post on Jul 08, 2024
La Citibank mettra fin à ses opérations en Haïti en raison d’une demande faible de la part des clients institutionnels et d’une baisse de l’activité bancaire internationale, mettant ain

Sport